samedi 9 novembre 2019
par  A.L.

Le taureau brave : gardien de la biodiversité

A Bruxelles, l’Union des Éleveurs de Toros de Combat (UCTL-Espagne) a présenté une exposition sous le titre "Toro bravo, gardien de la biodiversité".

C’est l’eurodéputé et membre de la Commission Agriculture et développement rural, Juan Ignacio Zoido qui en a été le promoteur.

Les photographies exposées sous la signature de Por las Rutas del Toro montrent la beauté du toro bravo et de son élevage dans son habitat naturel ainsi que la force de l’animal en liberté.


Articles les plus récents

jeudi 24 octobre 2019
par  A.L.

Le chauffeur de Juan

Texte : Bernard DESVIGNES - photos : CTJP
L’invité de cette soirée était Jean-Michel MARIOU, écrivain et journaliste. En tant que journaliste, il a produit l’émission télévisée « Face au toril » et « Signes du toro ». En tant qu’écrivain, il a publié voici dix ans « Ce besoin d’Espagne » et vient de publier « Le chauffeur de Juan » (éd. VERDIER, collection FAENAS). Ce dernier ouvrage est la raison de sa venue au CTJP ce soir.
Juan, c’est le torero Juan LEAL, dont JM. MARIOU a été le chauffeur, ainsi que celui de sa cuadrilla, durant trois temporadas. Comment un homme de lettres et d’images peut-il devenir conducteur à plein temps et pendant trois ans d’un minibus transportant toute une équipe de toreros d’Arles à un hôtel, d’un hôtel aux arènes et des arènes à un hôtel, avec retour à Arles, évidemment ? L’histoire commence à l’hôtel ATRIA de NÎMES, tout proche des arènes, un jour de corrida. Notre hôte quitte sa chambre pour assister à la corrida et, dans l’ascenseur, se trouve en compagnie de MORANTE DE LA PUEBLA et de ses peones, tous en costume de lumière. Après une hésitation, il les rejoint et est impressionné par le silence de tous ces hommes. Dehors, alors que le maestro signe des autographes dans le hall, il voit (...)

lundi 7 octobre 2019
par  A.L.

En direct au CTJP : Feria del Pilar de Saragosse

Jeudi 10 octobre, 17h30 :
Toros de Juan Pedro Domecq – Parladé
Enrique Ponce, Cayetano et Álvaro Lorenzo
Vendredi 11 octobre, 17h30 :
Toros de Núñez del Cuvillo
El Juli, José María Manzanares et Jorge Isiegas, qui prendra l’alternative
Samedi 12 octobre, 17h30 :
Toros de García Jiménez-Olga Jiménez
El Cid, El Fandi et López Simón

vendredi 20 septembre 2019
par  A.L.

Le problème, c’est la caste ...

photo : Javier Cortés à Madrid. Nous en sommes à deux corridas à Madrid lors du cycle de "défis d’éleveurs" et, les chiffres sont éloquents : deux corridas, deux blessés très graves. Deux hommes braves qui n’ont pas hésité à affronter de véritables taureaux.
Autant Arturo Macías comme Javier Cortés, ont reçu deux coups de corne gravissimes, ce qui confirme que le taureau de caste pose d’immenses problèmes. Alors que Macías est rentré au Mexique pour récupérer du coup de corne et de la blessure au genou, Cortés se débat dans l’ardu combat de retrouver la vision de son œil droit.
Alors qu’à Madrid, avec ce type de taureaux, la vie des toreros tient à un fil, en province et dans les villages, le public s’enthousiasme pour que les matadors du taureau commercial, moi je l’appelle âne pourvu de cornes, s’imposent avec fracas, avec l’appui inconditionnel de la presse triomphaliste qui s’affiche comme complice de cette fraude.
En tauromachie il existe encore deux types de spectacles, raison pour laquelle le microcosme taurin sera toujours le plus injuste du monde. Par exemple, dans l’univers du football, les clubs d’Eibar et de Barcelone peuvent s’affronter et n’importe lequel des deux peut vaincre, ce qui crée le (...)

Albums les plus récents