mardi 25 février 2020
par  C.T.J.P.

Jean-Louis Haurat, revistero de goût(s)

JPEG - 21.9 ko

C’est dans une ambiance enjouée que le Club Taurin Joseph Peyré recevait Jean-Louis Haurat, un personnage à la vie aux multiples facettes pour laquelle une soirée ne suffit pas.
L’amitié qui le lie à l’animateur exclusif des débats du CTJP - Don Miguel Darrieumerlou - date de plus de cinquante ans, l’époque où tous les deux faisaient la course aux autographes des toreros logés au Grand Hôtel de Bayonne.
Rappelant son ascendance béarnaise, du côté de Moumour, Jean-Louis Haurat ne reconnaît aucun antécédent taurin chez ses parents mais ses grands-parents avaient la chance de posséder une maison située en face des arènes de Bayonne, c’est là que s’est certainement forgée son afición qu’une voisine postière, vers 1956-1957, a accentuée en l’emmenant aux arènes. Le soir même, le jeune Jean-Louis dessinait des passes chez ses parents.
Craignant les mœurs libertaires anglaises, sa famille décide d’envoyer Jean-Louis en séjour linguistique en Espagne - Valladolid - où il arrive à l’âge de 12 ans dans une famille où l’un des sept frères appartient à la Phalange (organisation politique espagnole nationaliste d’obédience fascisante). Les débuts sont plutôt rudes mais il lui permettent d’assister lors des célébrations son premier 18 juillet (coup d’État militaire dirigé par Franco contre le gouvernement de la Seconde République espagnole) à un festival à Cigales. L’occasion de se mettre devant un utrero et de faire quelques passes avec avec une muleta faite d’un sac de patates ! Et aussi de faire un « vol plané » en essayant de se glisser hors de la piste, un spectateur l’en empêchant avec son bâton !
1968, changement de famille : le père est aficionado et emmène Jean-Louis aux novilladas sans picadors estivales. Il y fait la connaissance de Roberto Domínguez avec qui il est intimement lié, ce dernier étant le parrain de son fils.
R. Domínguez est un torero brillant, flamenco, ne prenant pas son métier trop à cœur. C’est un torero « artiste » qui a pris son alternative en 1972 avec un bagage restreint (20 novilladas SP et une dizaine avec picadors). Après une première partie de carrière avec quelques coups d’éclat, même s’il tuait mal, il prend une année sabbatique en Grande Bretagne suite à un accident de la route. Sa carrière est relancée par M. Lozano avec des succès à Madrid, Valladolid où il rivalise avec Espartaco. 1989-1990 le situent à 130 corridas !
Après sa carrière de torero, il devient commentateur TV, apoderado du Juli...

JPEG - 20.4 ko

1971, l’année de la rencontre de Jean-Louis avec Carlos Zúñiga père, ancien torero, apoderado (Roberto Domínguez, Padilla, Uceda Leal, Morenito de Aranda,Pascual Mezquita) et empresario de nombreuses arènes. L’amitié entres les deux hommes perdure encore aujourd’hui.
Cette même année, Jean-Louis, aficionado práctico fait la connaissance à la Faculté de Droit de Pau, d’André Viard qui organise des capéas à Vieux Boucau. Il rencontre également les toreros du cru qu’étaient Vincent Bourg « Zocato », Vincent Molas (le père de J-B. Molas), H. Touya...
C‘est l’époque à laquelle Jean-Louis affronte le bétail rude de Jean-Charles Pussacq, éleveur de vaches « landaises », des vaches souvent de retienta (qui ne sont pas « neuves »).
Mais le Jean-Louis que nous connaissons est revistero, chroniqueur taurin. C’est Pierre Arnouil, correspondant de la revue Toros et « chaperon » des toreros français à Madrid qui lui permet d’intégrer la revue Corrida. Le fait de parler espagnol couramment lui permet de devenir rapidement correspondant pour le Diario 16, Toros, Radio Cinco, et Aplausos où il rédige les reseñas pour la France depuis maintenant quatorze ans. Jean-Louis a également une autre spécialité... les bodegas et surtout celles de la région Ribera del Duero.
Qui en font un homme de goût(s) !
La soirée a été l’occasion de connaître aussi son admiration pour les toreros comme Daniel Luque dont il souligne la volonté de réussir depuis quatre ans.
En 2020, celui-ci a confié sa carrière à Carlos Zúñiga Fils. Torero complet, et excellent lidiador, son calme et sa tauromachie tout en douceur lui permettent exercer son pouvoir sur les taureaux. Il sera souvent présent dans le Sud-Ouest, notamment à Dax le 14 août, seul face à six Pedraza de Yeltes chez qui il avait tienté la veille (13 février) de la soirée du CTJP .
Comme il est de coutume, et après la remise de quelques « gâteries porcines » à notre invité, la soirée s’est poursuivie autour d’un repas aux saveurs taurines.
Texte & photos : CTJP


Articles les plus récents

mercredi 11 décembre 2019
par  C.T.J.P.

Jean-Louis Darré, éleveur de braves

Texte : Bernard DESVIGNES - photos : CTJP Vendredi 6 décembre,le CTJP recevait Jean-LOUIS DARRE, éleveur de toros, et Véronique PODESTA, alguacililla.
En guise de présentation, est projeté le film Les quatre saisons de Jean-Louis Darré retraçant l’histoire de l’homme et de sa ganaderia, sise à BARS, près de MIRANDE, et pas si loin que cela de l’arène gersoise de VIC FEZENSAC. Suivent quelques images du film réalisé par notre ami Antoine GONZALEZ consacré, lui, à la jeune carrière du 1er torero béarnais de l’histoire, Dorian CANTON, film qui sera présenté prochainement aux socios de l’association AMIDO. La soirée se poursuit avec Jean-Louis, en direct cette fois, qui, répondant aux questions de Miguel DARRIEUMERLOU, décrit le parcours qui l’a amené d’agriculteur-viticulteur-éleveur (de Blondes d’Aquitaine) à celui d’éleveur, mais cette fois de « braves ». Nous sommes en Gascogne, et cela commence (naturellement !) par le rugby. Jean-Louis joue donc dans l’équipe de Mirande aux côtés d’un certain Michel LEGRAVERE, torero de Vic Fézensac et accessoirement propriétaire d’un bar à Mirande, dans lequel se déroulent bien évidemment les troisièmes mi-temps. Le torero, manquant de place chez lui, apporte costumes et (...)

samedi 9 novembre 2019
par  C.T.J.P.

Le taureau brave : gardien de la biodiversité

A Bruxelles, l’Union des Éleveurs de Toros de Combat (UCTL-Espagne) a présenté une exposition sous le titre "Toro bravo, gardien de la biodiversité".
C’est l’eurodéputé et membre de la Commission Agriculture et développement rural, Juan Ignacio Zoido qui en a été le promoteur.
Les photographies exposées sous la signature de Por las Rutas del Toro montrent la beauté du toro bravo et de son élevage dans son habitat naturel ainsi que la force de l’animal en liberté.

Albums les plus récents

Brèves

Fallas Valencia 2020 en direct !

mercredi 26 février

JPEG - 196.8 ko

FALLAS de VALENCIA : paseo à 17h

FERIA ANNULÉE

Jeudi 12 mars : novillos de Fuente Ymbro pour El Rafi, Miguel Senent “Miguelito” et Jordi Pérez “El Niño de las Monjas”.

Vendredi 13 mars : novillos d’El Parralejo pour Diego San Román, Tomás Rufo et Miguel Polope.

Samedi 14 mars : toros de Victoriano del Río et Toros de Cortés pour Sébastien Castella, Cayetano et Andrés Roca Rey.

Dimanche 15 mars : toros de Zalduendo pour Antonio Ferrera, Morante de la Puebla et José María Manzanares.

Lundi 16 mars : toros de Juan Pedro Domecq pour Enrique Ponce et Pablo Aguado, mano a mano.

Mardi 17 mars : toros de Jandilla pour El Fandi, Emilio de Justo et Román.

Mercredi 18 mars : toros de Domingo Hernández et Garcigrande pour Enrique Ponce, Miguel Ángel Perera et Paco Ureña.

Jeudi 19 mars : toros de Fuente Ymbro pour Juan Leal, Jesús Duque et David de Miranda.

SAN ISIDRO DU 2 AU 16 JUIN 2019

samedi 1er juin 2019

JPEG - 359.5 ko