mardi 21 juillet 2020
par  C.T.J.P.

Mont-de-Marsan – 20 juillet 2016 – 1ère de Feria – Deux oreilles pour Andrés Roca Rey

Mont de Marsan. Première de la Feria de la Madeleine 2016. Lleno.

Six toros de Alcurrucén inégaux de présentation et de comportement.
1er : juste de forces, sans transmission. Faena essentiellement sur la corne droite, grâce à la technique du Juli, le toro reste au centre du ruedo. Quelques passes à gauche avant un bajonazo. Julián López "El Juli" : Silence.

2è : compliqué au capote. Bien piqué mais ne pousse pas au cheval. Faena au centre du ruedo : trois séries à droite, inspirées et avec beaucoup de classe. Plus compliqué à gauche. Fin de faena "tremendista". Alberto López Simón : Ovation après un pinchazo.

3è : toro faible protesté par le public mais maintenu en piste. Tercio de piques inexistant. Andrés Roca Rey sort son répertoire à la cape, manque l’accrochage pour la première des tafalleras, alterne avec caleserinas avec le remate par revolera. Le toro est mobile et l’inévitable cambio por la espalda triplé, les pieds rivés au sol, donne l’émotion qui jusques là manque. La faena débute par des cambiadas plus que serrées et construite de manière dominatrice et inspirée. Épée efficace.
Andrés Roca Rey : 2 oreilles (la seconde généreuse).

4è : toro noblón, Les séries à droite données avec sincérité. Quelques bonnes naturelles. "Julipié" magistral raté. Julián López "El Juli : Silence.

5è : toro cité à distance, passes longues et templées, liées sans la moindre correction de placement mais la faena décroît en qualité, le toro, à la fin n’avançant plus. Mise à mort laborieuse. Alberto López Simón : Silence.

6è : toro de pauvres hechuras et manso décasté auquel Roca Rey s’évertue à donner des passes. Estocade entière et légèrement tombée. Andrés Roca Rey : Silence.


Articles les plus récents

samedi 13 juin 2020
par  C.T.J.P.

Notre culture

La tauromachie est aujourd’hui en danger, attaquée de toutes parts, en Espagne, en Amérique du sud dans les pays de tradition taurine, au Portugal et même dans notre pays par les politiques ( Colombie, Espagne, Portugal notamment ) par les animalistes etc....
La crise du Covid-19 est venue amplifier ce phénomène, fragilisant un peu plus l’économie des ganaderias privées de débouchés suite à la suspension de toutes les ferias et spectacles taurins comme celle de tous les professionnels (matadores, banderilleros, picadores, mozos de espadas, empresarios etc..)
Mais la tauromachie est dans notre culture qu’on le veuille ou non, elle est aussi dans nos gênes de peuples du sud et nul ne pourra nous l’interdire.
Hier soir la Plaza Mayor de Salamanca était noire de monde pour sa défense (voir le reportage de 26 minutes sur Aplausos.es). Voilà enfin quelque chose de très réconfortant.
Aujourd’hui, des rassemblements sont organisés à Albacete, Algeciras, Ávila, Badajoz, Barcelone, Cáceres, Castellon, Cuidad Real, Ciudad Rodrigo, Guadalajara, Huelva, Leon, Logroño, Linares, Murcia, Palencia, Segovia, Sevilla, Tordesillas, Valencia, Valladolid, Zamora, Zaragoza, en attendant Madrid la semaine prochaine.
En (...)

lundi 25 mai 2020
par  C.T.J.P.

San Isidro 2014 : l’après-midi d’Iván Fandiño

13 mai 2014, arènes de Las Ventas de Madrid.
Cet après-midi là fut celui d’Iván Fandiño. A son premier adversaire, juste de présence mais qui alla à más, Fandiño imperturbable, citant de loin, tenant bon face à sa charge encastée, imposa sa domination. Sans être parfaite, sa faena fut palpitante. Et l’estocade, magnifique, dans le style personnel de Fandiño, fit tomber le premier trophée de la soirée.
Le début de faena de son second, impassible, fit se lever les clameurs. Les séries de naturelles, de grande classe, se succèdent. Sur la corne droite, le taureau est encore meilleur. La faena est juste, techniquement et artistiquement, sans scories.
Puis vient le moment de l’estocade : Iván jette sa muleta au sol. Et se présente face au taureau sans celle-ci. Grande partie du public présent ce soir là à Las Ventas, n’avait pas assisté à un moment pareil...le sort en est jeté. Iván s’élance...
Feria de San Isidro 13 mai 2014
Corrida de toros
3/4 d’arène
Toros de Parladé, sérieux et très mobiles.
El Cid : silence après avis et silence
Ivan Fandiño : oreille et oreille après avis
Angel Teruel : silence après avis et (...)

dimanche 26 avril 2020
par  C.T.J.P.

ALBERTO AGUILAR, PUERTA GRANDE

Alberto Aguilar lors la Feria de Castellón, le 17 mars 2012 pour le "desafío ganadero" Victorino Martín / Hijos de D. Celestino Cuadri. Cet après-midi là, il coupa 1 oreille à chacun de ses opposants. Ce qui lui permit de sortir en hombros par la puerta grande. Rubén Pinar fit de même.

mardi 25 février 2020
par  C.T.J.P.

Jean-Louis Haurat, revistero de goût(s)

C’est dans une ambiance enjouée que le Club Taurin Joseph Peyré recevait Jean-Louis Haurat, un personnage à la vie aux multiples facettes pour laquelle une soirée ne suffit pas. L’amitié qui le lie à l’animateur exclusif des débats du CTJP - Don Miguel Darrieumerlou - date de plus de cinquante ans, l’époque où tous les deux faisaient la course aux autographes des toreros logés au Grand Hôtel de Bayonne. Rappelant son ascendance béarnaise, du côté de Moumour, Jean-Louis Haurat ne reconnaît aucun antécédent taurin chez ses parents mais ses grands-parents avaient la chance de posséder une maison située en face des arènes de Bayonne, c’est là que s’est certainement forgée son afición qu’une voisine postière, vers 1956-1957, a accentuée en l’emmenant aux arènes. Le soir même, le jeune Jean-Louis dessinait des passes chez ses parents. Craignant les mœurs libertaires anglaises, sa famille décide d’envoyer Jean-Louis en séjour linguistique en Espagne - Valladolid - où il arrive à l’âge de 12 ans dans une famille où l’un des sept frères appartient à la Phalange (organisation politique espagnole nationaliste d’obédience fascisante). Les débuts sont plutôt rudes mais il lui permettent d’assister lors des célébrations son (...)

Albums les plus récents

Brèves

Fallas Valencia 2020 en direct !

mercredi 26 février

JPEG - 196.8 ko

FALLAS de VALENCIA : paseo à 17h

FERIA ANNULÉE

Jeudi 12 mars : novillos de Fuente Ymbro pour El Rafi, Miguel Senent “Miguelito” et Jordi Pérez “El Niño de las Monjas”.

Vendredi 13 mars : novillos d’El Parralejo pour Diego San Román, Tomás Rufo et Miguel Polope.

Samedi 14 mars : toros de Victoriano del Río et Toros de Cortés pour Sébastien Castella, Cayetano et Andrés Roca Rey.

Dimanche 15 mars : toros de Zalduendo pour Antonio Ferrera, Morante de la Puebla et José María Manzanares.

Lundi 16 mars : toros de Juan Pedro Domecq pour Enrique Ponce et Pablo Aguado, mano a mano.

Mardi 17 mars : toros de Jandilla pour El Fandi, Emilio de Justo et Román.

Mercredi 18 mars : toros de Domingo Hernández et Garcigrande pour Enrique Ponce, Miguel Ángel Perera et Paco Ureña.

Jeudi 19 mars : toros de Fuente Ymbro pour Juan Leal, Jesús Duque et David de Miranda.

SAN ISIDRO DU 2 AU 16 JUIN 2019

samedi 1er juin 2019

JPEG - 359.5 ko