samedi 15 avril 2017
par  A.L.

La saison reprend au CTJP ! Séville en direct !

La saison reprend à la Peña du CTJP avec les retransmissions du dimanche de Résurrection et de la feria de Séville.
Paseo à 18h30

Dimanche de Resurrección. 16 avril. Corrida de Núñez del Cuvillo pour Morante de la Puebla, José María Manzanares et Andrés Roca Rey.

JPEG - 55.4 ko

Feria de Séville :

Dimanche 23 avril. Corrida de Fuente Ymbro pour Diego Urdiales, El Cid et Joselito Adame.
Mercredi 26 avril. Corrida de Torrestrella pour José Garrido, Álvaro Lorenzo et Ginés Marín.
Jeudi 27 avril. Corrida de Garcigrande pour Morante de la Puebla, El Juli et Alejandro Talavante.
Vendredi 28 avril. Corrida de Juan Pedro Domecq pour Enrique Ponce, José María Manzanares et Alberto López Simón. (Corrida commentée en direct par Miguel et Christian, suivi d’une tertulia. Info complémentaire à venir).
Samedi 29 avril. Corrida de Victorino Martín pour Antonio Ferrera, Paco Ureña et Manuel Escribano.
Dimanche 30 avril. Corrida de Rejon. Toros de Fermín Bohórquez pour Sergio Galán, Diego Ventura et Lea Vicens.
Lundi 1er mai. Corrida de Daniel Ruiz pour Francisco Rivera Ordóñez qui fera sa despedida à Séville, El Juli et Cayetano.
Mardi 2 mai. Corrida de Matilla pour Morante de la Puebla, Miguel Ángel Perera et Javier Jiménez.
Mercredi 3 mai. Corrida de Jandilla pour Juan José Padilla, El Fandi et Manuel Escribano.
Jeudi 4 mai. Corrida de Núñez del Cuvillo pour Morante de la Puebla, David Mora et Alejandro Talavante.
Vendredi 5 mai. Corrida de Victoriano del Río pour Sébastien Castella, José María Manzanares et Andrés Roca Rey.
Samedi 6 mai. Corrida de El Pilar pour Juan José Padilla, Antonio Ferrera et Alberto López Simón.
Dimanche 7 mai. Corrida de Miura pour Antonio Nazaré, Pepe Moral et Esaú Fernández.


Articles les plus récents

dimanche 2 avril 2017
par  A.L.

Torero, c’est un état !

Lors de sa cinquième soirée pour la saison 2016-2017, le CTJP recevait le maestro Richard Milian et deux élèves d’Adour Afición, bien connus du Club, Dorian Canton et Jean Larroquette ainsi que Mathieu Guillon. Rendant hommage à son épouse dont la complicité le rend heureux, Richard explique qu’après avoir mis fin à sa carrière en 2001, Adour Afición constitue le prolongement de lui-même. A travers elle, il fait profiter les jeunes de son expérience : fils d’immigrés, il s’est forgé très tôt, tout seul. Ce qu’il résume dans la formule : il est important de savoir « ce que tu es, ce que tu veux être ». Pour appuyer celle-ci, il explique que lorsque le taureau sort en piste, il est neutre. Le torero se doit de ne pas lui mentir, il peut « meubler » mais à moyen terme le taureau remet chacun à sa place.
Mathieu Guillon retrace son parcours depuis son arrivée à l’âge de 14 ans, en compagnie de Thomas Dufau, chez Richard Milian qui n’avait pas encore créé Adour Afición. Il s’investit auprès de lui en donnant des conseils, et joue le rôle du « grand frère » auprès des jeunes en leur apportant modestement « le peu qu’il a appris » en tauromachie mais surtout le plaisir qu’il en retire.
Le désir de Dorian Canton (...)

mardi 21 février 2017
par  A.L.

Félix Robert : la vie et les faits d’arme du premier torero français

Passionnante conférence donnée par Miguel Darrieumerlou, président de l’Association des critiques taurins du Sud-Ouest, qui tient aussi sûrement à ses moustaches que celui dont la vie est retracée dans l’ouvrage fondateur de Jean-Pierre Fabaron, qui en 1996, fut le premier auteur à consacrer un écrit à la carrière haute en couleurs du premier matador français, Pierre Cazenabe, plus connu sous l’apodo de Félix Robert.
Véritable travail de recherche, cette biographie complète propose un lexique des matadors ainsi que des écarteurs landais, plus de 80 illustrations d’époque, le tout agrémenté d’anecdotes croustillantes sur "Félix, empereur de l’esbroufe et roi des culottés" comme l’avait titré Claude Pelletier.
En aficionado averti, Miguel Darrieumerlou fait un historique de la corrida en France et du concours de circonstance - la première corrida formelle (avec picadors) à Bayonne en 1853 - qui a permis son installation sans interruption depuis. Et rappelle qu’à cette époque les taureaux arrivent à pied depuis la Navarre. En 1852, Magescq achète sept taureaux qui restaient pour une course landaise, alors souveraine. Grand succès public, qui suit l’avènement de Napoléon III, des élevages se créent un peu (...)

lundi 6 février 2017
par  A.L.

Les aventures de Félix Robert

Pour sa quatrième soirée à thème le Club Taurin Joseph Peyré, accueillera à la Grange du Château d’Idron,
le vendredi 10 février 2017, à 19 heures
Miguel DARRIEUMERLOU, qui viendra raconter la fantastique histoire du premier Matador Français Félix ROBERT (1862-1916).
" Cet écarteur landais devenu matador de toros à Valencia, des mains de Fernando Gomez « El Gallo », brillant sur toute la planète (des Amidonniers à Alger, de Roubaix , à Mexico) aussi célèbre dans l’Ouest américain que Butch Cassidy, Billy The Kid ou Kit Carson, est mort il y a tout juste cent ans, à Marseille, où il est enterré." (La Dépêche 18/01/2016).
A l’issue de la soirée, « Les aventures de Félix Robert » édité par l’Union Des Bibliophiles Taurins, sera dédicacé par M. Darrieumerlou (règlement par chèque uniquement) Au programme :
· 19h : apéritif offert par la Peña (apéritifs et boissons suivantes 1€)
· 20h : Conférence-débat
. 21h30 : Repas (vins et Pacherenc du domaine de Grabiéou de Frédéric Dessans)
Participation : 18€ par personne. (conférence et repas) - 5€ pour les personnes qui assistent uniquement à la conférence.
Inscriptions impératives avant le mercredi 8 février, 17 heures, dernier délai ! en répondant au courriel : (...)

jeudi 19 janvier 2017
par  A.L.

Picador de toros : une profession de foi et un art

Pour sa première soirée de l’année 2017, le CTJP recevait le picador de toros, Gabin Réhabi. Vic Fezansac-2016/ Toro #34 - Salta Cancela - 01/2012 - Los Maños Meilleur toro de la Corrida Concours + Meilleur tercio de varas pour Gabin Rehabi Accueilli par les mots d’amitié de Stéphane, Gabin Réhabi est remonté à l’âge de ses 15 ans où son aventure humaine a commencé d’abord avec Paquito Leal puis avec celui qu’il considère comme son « second père », Alain Bonijol auprès duquel il a appris la technique équestre. Et dont il a souligné la droiture, l’honnêteté. Ainsi que sa conception et ses innovations autour de la cavalerie. M. Darrieumerlou a mis en avant le parcours parallèle de Gabin et A. Bonijol, tous deux novilleros (parcours contrarié pour Gabin) puis cavaliers. Chez A. Bonijol, Gabin Réhabi a apprécié le plaisir de travailler avec un visionnaire (caparaçon en kevlar, protection des pattes des chevaux…), avec qui il a appris la technique de l’équitation, son positionnement esthétique. Rappelant que c’est A. Bonijol qui a introduit pour le tercio de piques, des chevaux plus habiles, plus athlétiques et qu’il est dans les normes espagnoles pour le poids des chevaux. Raison pour laquelle il a été contacté (...)

Albums les plus récents

Brèves

9 avril 2017 : Pedraza de Yeltes à Garlin

dimanche 2 avril

8novillos8 de
Pedraza de Yeltes
pour Adrien Salenc, Marcos et le gagnant de la matinée.

JPEG - 33.4 ko

Réservation ici

Joseph Peyré (1898-1968), l’appel de l’ailleurs

lundi 11 avril 2016

JPEG - 160.3 ko

Joseph Peyré (1898-1968), l’appel de l’ailleurs.

Une conférence de Christian Manso, Professeur émérite à l’UPPA et Dolores Thion, Professeur à l’UPPA,

Jeudi 21 avril 2016 à 18h, Médiathèque André Labarrère, auditorium.
Conférence proposée par la Bibliothèque Patrimoniale, Pau.

Pâques à Aignan, dimanche 27 mars + Dimanche 10 avril 2016 : Pedraza de Yeltes à Garlin

lundi 21 mars 2016
JPEG - 35.7 ko

Garlin : réservation à partir du 29 mars.

JPEG - 33.2 ko