Soirée Claude Bergeaud au Club Taurin Jospeh Peyré

jeudi 19 décembre 2013
par  A.L.

Pour sa troisième soirée de la saison 2013-2014, et avant la trêve des fêtes de fin d’année, le CTJP recevait à la Grange du Château d’Idron, Claude Bergeaud, entraîneur de l’équipe de basket Elan Béarnais Pau–Orthez, ancien joueur international, et aficionado convaincu. Parmi le public, venu nombreux, se trouvait Dorian Canton, jeune et prometteur torero d’Asson qui remit le cadeau du CTJP à l’invité de la soirée.

Remontant à ses souvenirs d’enfance à la ferme familiale ariègeoise où la vue des vaches faisait peur aux enfants, Claude Bergeaud a avoué qu’il n’y a rien de plus complexe qu’expliquer une passion.

Celle-ci, entretenue par le mythe du mammouth et de l’auroch peints sur les parois des grottes de Labouiche (Ariège), s’est « révélée » en 1978, aux arènes de Donzacq (Landes) où une vache était traditionnellement réservée aux amateurs.

C’est toujours en 1978, à Dax, que Claude a assisté à sa première corrida avec Paco Ojeda où la lutte d’un taureau fut pour lui un envoûtement et la confirmation que le taureau est une bête exceptionnelle.

C’est en 1999 qu’après s’être entraîné chez Michel Agruna, C. Bergeaud descendit dans l’arène et tutoya une vache dite « landaise » terme qu’il trouve quelque peu frustrant vis-à-vis de l’animal puisqu’en fait il s’agit d’une bête dont l’origine est celle de « toro ».

Pour lui, il n’y a pas de corridas nulles mais simplement de pas bonnes, les hommes ayant toujours le souci d’essayer et de montrer leur personnalité. D’un point de vue technique, quand on sait la maîtrise, la recherche permanente d’équilibre des toreros qui lors du tercio de muleta doivent faire bouger une bête tout en restant eux-mêmes statiques, on peut dire que ce sont de véritables athlètes toujours en recherches des conditions de réussite et qui jouent leur vie. Tel Sébastien Castella qui lors d’un entretien disait son souci d’être à la hauteur d’abord pour lui-même mais aussi pour les spectateurs sur les gradins.

Après quelques anecdotes personnelles, C. Bergeaud a régalé son auditoire en évoquant la maîtrise émotionnelle d’un José Tomás qui relève de l’exception, la part de chance qui existe dans la réussite et qui se cultive par la persévérance dans le travail comme le montre Iván Fandiño. Il fut aussi question des blessures chez les sportifs et les toreros qui souffrent dans leur chair et aussi psychologiquement. De l’arrêt de la carrière, dite « petite mort » que, comme José Tomás, les toreros combattent en disant « yo volveré », je reviendrai.

La soirée se prolongea autour d’une poule au pot…fort appréciée par les convives de la soirée.

JPEG - 5.1 Mo

Pour voir les photos de la soirée, cliquer sur la photo.


Brèves

Le CTJP chez Malabat à Brocas Les Forges (40)

vendredi 9 octobre 2015

JPEG - 30 ko

DIMANCHE 18 OCTOBRE 2015

10 H 00 FERRADE
13 H 00 Repas : Garbure, Jambon à Broche, Haricots Blancs, Salade, Fromage, Tourtière, Café, Vin rouge et Vin rosé compris
15 H 30 CAPEA

Prix de la Journée Adultes : 20 Euros

Réservation avant le lundi 12 octobre 2015 (Places limitées) clubtaurinpau@gmail.com

Nouveaux apoderados pour Juan Bautista

mardi 24 novembre 2009

Juan Bautista vient encore de changer d’apoderado.
La rupture s’est produite exactement comme l’an dernier , au lendemain de la fiesta campera de Riom !
La rupture a beau, comme toujours s’ être passée "amicalement", on souhaite que ce changement ne soit pas un signe d’instabilité et d’incertitude dans la carrière du torero.

C’est Sanchez Mejias qui désormais prend les interêts du torero entre ses mains, associé àCaldas.
Espinosa et Davila Miura n’auront géré qu’un an la carrière de l’arlésien.
Juan Bautista avait dû bien préparer les choses puisque rupture et nouvelle association se sont produites le même jour , en quelques heures.