ETHIQUE

mardi 12 octobre 2010

La tauromachie a besoin d’éthique. Cela semble paradoxal car le fait de mettre devant un toro armé d’une simple muleta c’est à priori le symbole de l’éthique. C’est exposer son corps à l’animal et dominer avec trois fois rien cette force brutale, en faire une oeuvre d’art. Mais, dans son fonctionnement même la tauromachie a besoin d’éthique, d’équité, de transparence, si elle veut perdurer dans un contexte troublé d’incompréhensions.

Ainsi ce que j’appellerai le "syndrome Juan Mora" est symptomatique de ce qui ronge de l’intérieur le monde des toros. Voilà un torero qui réussit l’exploit de couper 3 oreilles à Madrid, à qui l’on promet Saragosse et que l’on remplace en toute impunité au dernier moment par Daniel Luque. On ne saura jamais vraiment pourquoi, mais il semble bien que cela soit pour des raisons financière : Mora ayant demandé la même somme que le titulaire blessé à l’empresa aragonaise qui voulait faire, sur son dos, une belle économie. A quoi sert de triompher ? A quoi a servi à Juan Bautisa de couper 2 oreilles à Madrid ? A Fernando Robleño d ’en couper une grosse au début de la San Isidro ?

Il semble qu’il y ait désormais un "syndicat" des figuras qui impose des cachets invraisemblables, avec des répercussions déraisonnables sur le prix des places, qui choisit ses toros avec, à son service, une organisation complexe et qui élimine ceux qui pointent leur nez.

Le plus triste c’est que ce type de démarche est imitée par certains organisateurs minables, qui, sous couvert de "négociations", tentent de réduire les émoluments des banderilleros, de payer les ganaderos, déjà étranglés par la crise, en dessous du marché, ne souscrivent pas les assurances... Ceux-là s’en prennent aux "petits" déjà en pleine galère. C’est assez lamentable et il faudra bien dénoncer la manière dont ces spectacles au rabais sont montés. Ils sont contreproductifs ; contraires aux intérêts bien compris de la tauromachie. On ne saurait les cautionner...

Pierre Vidal


Brèves

La présidence en question

jeudi 28 septembre

JPEG - 30.3 ko

Un article paru chez nos amis du site Cositas de toros...au sujet des présidences des corridas, novilladas avec et sans picadores.

Les difficultés rencontrées : ... communication parfois difficile avec la piste, connaissances insuffisantes du public … formation insuffisante de certains délégués aux piques, des pétitions de plus en plus bruyantes mais sans mouchoirs, des prestations musicales inopportunes pendant l’arrastre …
Les préparations préalables à la course menées en amont sont donc primordiales.

Lire la suite > ici

Saint-Perdon : 27 août-novillada concours

dimanche 13 août
JPEG - 37 ko

6 novillos de Celestino Cuadri Vives, José Escolar Gil, Valedellán, Virgen María, Pedraza de Yeltes, Pincha pour,

Diego Carrerero

Jorge Isiegas

Tibo Garcia

Toutes les informations :

PDF - 14.1 Mo

9 avril 2017 : Pedraza de Yeltes à Garlin

dimanche 2 avril

8novillos8 de
Pedraza de Yeltes
pour Adrien Salenc, Marcos et le gagnant de la matinée.

JPEG - 33.4 ko

Réservation ici